Image fixe du Vidéo à « kaka schena », LP « ein nie », 2020

Album vinyle actuel de keit, un jamais
est disponible.

Après le CD bidimetoloves à partir de 1996 et diverses versions ultérieures limitées de CD et de streaming, l'album vinyle sortira à l'été 2020 un jamais. Encore "très fin, dense, filigrane, présent - cave, noueux, régressif, têtu, sysiphique, mystérieusement déprimé, fortement chargé - mais ne doit pas sortir de sa peau" (Joachim Rüsenberg, auteur, musicien) et pourtant aussi satyre libérateur : 

Le son incomparable (au-delà des assignations de genre conventionnelles) du duo de Düsseldorf Klepsch et Grube; mais cette fois plus orienté chanson, plus cohérent dans les arrangements. La langue, le chant... en quelque sorte tâtonne jusqu'aux origines dionysiaques de l'expression phonétique - vers une poésie onomatopée, vers quelque chose qui est inconnaissable, mais qui peut être vécu par tous.

Chaque disque est accompagné d'un livret de paroles au format DIN A 5.

 

Axel Grube : batterie, basse électrique, clavinet, chant
Detlef Klepsch : guitare électrique, guitare a, banjo, chant, harpe, synthétiseur, flûte à bec

Toutes les compositions d'Axel Grube et Detlef Klepsch
Enregistré par keit en 2018-2019 au keit-Studio, Düsseldorf, Allemagne

Masterisé par Kai Blankenberg, Skyline-Tonfabrik, Düsseldorf, Allemagne
Numérisation + Conception : Detlef Klepsch
© 2020 / LC 57541

Désormais ici dans la boutique ordre.

Le premier album : bidimetoloves

Toutes les chansons et compositions de Detlef Klepsch et Axel Grube.
Première édition réalisée par Axel Grube, Düsseldorf, Allemagne. Publié par -keit records en 1996

Detlef Klepsch :
E - et guitare acoustique, banjo, harpe, orgue fuzz, percussions, voix, jouet électronique

Axel Grube :
Mi - et contrebasse, piano préparé, batterie, percussions, chant, clavinet 

Karl Bruckmaier, Süddeutsche Zeitung, 1997

Harald Heusner, Magazine Superstar, 1998

Échantillons audio - bidimetoloves

 rex modal
 twaihot
 tant gagné
 style
 Cassie
 long cou

keit-projekt est un projet musical initié par Axel Grube, propriétaire d'Onomato Verlag, et Detlef Klepsch, musicien et artiste, à Düsseldorf, en Allemagne, au début des années 90. Le premier CD, produit par Axel Grube, est sorti en 1996 sur son propre label sous le titre "bidimetoloves".
La collaboration musicale s'est maintenue au fil des ans et a donné lieu à diverses éditions limitées.
Depuis les années 90, au cours d'un développement musical ultérieur, "keit" s'est éloigné stylistiquement de Captain Beefheart et a développé de plus en plus de formes d'expression qui lui sont propres. Le chant composé de textes fantastiques, les morceaux basés sur des improvisations, le montage d'arrangements sur ordinateur et la rupture des structures traditionnelles des chansons pop et rock en sont caractéristiques.

Axel Grube a fait un stage chez Conny Plank, a été copropriétaire d'un studio d'enregistrement, a sorti un LP au début des années 90 avec le titre « mentocome » en collaboration avec Rainer Rabowski (auteur et fondateur du label de cassettes « Klar 80 ») et a été propriétaire depuis 1998 de la maison d'édition Onomato à Düsseldorf.

Detlef Klepsch a reçu son certificat de master class du professeur Nam June Paik à l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf et travaille depuis comme musicien et artiste indépendant. Pendant ses études et par la suite, il a participé à plusieurs actions du groupe de performance "minus delta t" et a été impliqué en tant que guitariste invité dans leur production LP "Opera Death". Depuis 2019, il est co-directeur de la Neue Kunstraum (NKR) à Düsseldorf.

13,00  TVA incluse, sans frais de port
10,00  TVA incluse, sans frais de port
22,00  TVA incluse, sans frais de port
10,00  TVA incluse, sans frais de port

Rainer Rabowski, auteur, ami de la maison a écrit :

« La joyeuse se perdre, la joyeuse trouvaille...
Deux musiciens de la région - peut-être plus de la périphérie - la scène indie / musique et art de D'dorf…. fonctionner: vitesse
Fondé au début des années 90 comme un projet de « science heureuse », le groupe a mis beaucoup de temps à trouver sa manière particulière de travailler la forme dans des processus de relâchement et de détachement de structures données :
C'est l'instantané, le hasard et l'agilité de la clairvoyance, le moment impropre, surprenant, impulsif ; c'est le rugueux, vivant, instantanément sans certitude, le moment ouvert, indéductible, inimaginablement valable qui cherche à se donner le nouveau contexte de sa fugacité : le moment intuitif - c'est déjà le bon.
- Et des échantillons, des motifs choisis parmi eux, dans leur condensation largement ramifiée (éventuellement encore) aboutissent à des points de départ, des arrangements de cette inauthenticité. - 26, innombrables... ces moments qu'on ne peut raconter autrement sont présents ici."

(...)

"... et voici keit-projekt: Il y a des séquences d'unités de rythmes et de riffs pour la plupart courts, et leur désintégration, il y a des mélodies, des chansons, des approches cassantes, maladroites, ironiques et encore une fois démontées, sur plusieurs arcs de tension de chansons, des moments concentrés de force et de rectitude encore de fragilité maintenus ensemble. Ce qui est perceptible, c'est l'équilibre, le sentiment sûr de l'économie du cadre : une composition faite de parties qui ont été spontanément créées ailleurs, dont chacune conserve un équilibre, une légèreté et toujours le minimum optimal d'instrumentation, et elle existe réellement ( ne serait-ce que de guitare, basse, percussions, « voix ») d'une immense variété de voix.

Ce qu'il faut, c'est la capacité de se différencier. Ici, les pièces sont appelées « eggotisters », « stiebel » et « wud eled ». De cette façon, on évite les attributions et bien sûr on ne leur échappe pas. (Déjà un suffixe orphelin indique une certaine moitié, une tige de base d'un généralisable de désémantisations et d'ambiguïté. Dans une retenue, peut-être une évasion de l'obligation (les "voix chantantes" s'exercent également dans un crypto ou rappelant à distance Dada parlé langage (le mais ici a laissé derrière lui son caractère démonstratif : chaque son vocal sert le « feeling tone » de la chanson), les morceaux cherchent - ils utilisent aussi des éléments structuraux de la chanson rock et leurs citations - à échapper à la fluidité de leur discours formel. niveau (leurs « Codes », un « langage » qui dans sa tentative de formulation verbale ne peut se passer de nombreuses parenthèses).

A cela correspond un effort pour une découverte précise, momentanément heureuse, valable (improvisation) ; c'est un sur une sorte de bord hétérogène du préliminaire d'échos et de sons, divers, isolé et ramifié en lyrismes et atonaux et moments de chaos-concrétions ; Il y a une tentative d'inachevé, quelque chose de « méta » mais sans « discours », dans ses ensembles un moment d'intelligibilité dans peut-être une vieille prédilection ou un attachement qui veut remonter au-delà de leur niveau de connaissance : au final c'est en fait un jeu encore qui essaie de prendre leurs expressions dans de nombreux signes dans ses opérations, d'oublier quelque chose de connu en eux, de regagner un espace libre de l'évidence ; il y a quelque chose du charme du disparate, des fragments d'incompatibilité, qui peuvent soudainement s'envoler vers leurs notes les plus aiguës, jusqu'à leur effondrement avec le contexte : des petites transformations assez méconnaissables, des versions interlinéaires entre les lignes... et tout reste en réalité très simple.

Et cette force, votre réussite momentanée, est alors parfois cette faiblesse : la musique, dans un équilibre réussi à son niveau, il définit aussi sa propre discipline - une issue ouverte, se prédit-il. Alors même si le discutable a en quelque sorte traversé leurs facultés, les certitudes se retrouvent, elles touchent maintenant l'insouciance de leur compréhension, que et comment chaque idée est déjà leur appréhension différente et ne s'étend pas assez loin dans ce qui est en réalité incompris, à ce qu'en soit la connaissance (avancée), tout ce qui est désémantisé reste toujours perdu et devient effectivement indicible. »

Courtes musiques et pièces sonores

Quelques morceaux sonores et courts morceaux de musique issus des nombreuses années de travail de von von keit-projekt (Detlef Klepsch et Axel Grube) et mentocome (Rainer Rabowski et Axel Grube), qui ont été utilisés sur certains livres audio d'onomato Verlag.