Blogue : https://alfredwerke.wordpress.com.          Photo : © D. Hopfner

Écrivain - Auteur - Lecteur

Bettie I. Alfred est née sous le nom d'Iris Andrea Niedermeyer à l'hôpital universitaire de Mayence dans les années 70. Elle a ensuite déménagé de la maison en pierre du village à un nouveau lotissement berlinois sur l'autoroute. Plus tard, lorsqu'elle a été catapultée dans un lycée de musique, elle a déménagé au centre-ville dans un vieil immeuble chic. Elle a quitté ce lycée à la fin de ses études secondaires afin de compléter une formation pédagogique. Le travail créatif et extrêmement inspirant avec les enfants réfugiés des zones de guerre a conduit à plusieurs représentations dans les dortoirs de Berlin dans les années 90, ce qui a finalement permis à Mme Alfred de donner de la place à un souhait longtemps caressé, à savoir celui d'une carrière sur scène. Elle a commencé une formation d'actrice et a écrit en même temps tout ce qui lui passait par la tête et donc qui lui tenait à cœur. Dans les phares, elle avait de plus en plus de mal à réfléchir, mais pas du tout quand elle était à son bureau. Dans les années 2000, elle était encore beaucoup sur scène et lisait la sienne à partir de là de manière inconstante soi-disant prose de la cavité.

Après s'être détournée du « stade de la lecture », elle s'est tournée vers le travail classique de l'écrivain (assis, pensant, écrivant). Elle a écrit, et écrit quotidiennement, sa prose vide (il y a maintenant environ 1800 pages) et autrement sur son roman "Wie ein Komma im Ablaichsubstrat" ​​​​(elle en a lu des extraits dans une émission de radio en 2007, dans laquelle elle était autrefois un invité accidentel est).

La présence d'un monde émotionnel essentiellement tragi-comique constitue la base du travail de Mme Alfred. Avec la découverte de la pièce radiophonique (sorte de théâtre au pupitre) comme forme artistique en 2017, elle a trouvé un moyen idéal pour allier l'écriture à l'envie de jouer. 
En plus du roman mentionné, elle a écrit un scénario pour un psychodrame intitulé Weißzone, plusieurs pièces radiophoniques, dont la plupart ont maintenant été réalisées et diffusées avec succès (dont Zauderwut, qui a même fait partie de la pièce radiophonique du mois et a été nominée par le RBB pour le 70e prix de la pièce radiophonique des aveugles de guerre), des essais drôles, des histoires longues et courtes ainsi que quelques pages de poésie en noir et blanc des plus sombres, qu'elle écrit avec sa machine à écrire préférée, une machine à écrire portable appelée "underwood 315" , surtout par mauvais temps. 
En 2021, elle a reçu une bourse de l'Académie des Arts dans le domaine des pièces radiophoniques. Grâce à une autre bourse, cette fois de VG Wort, elle écrit actuellement son roman inachevé.

meneur de jeu radio

Depuis 2017, Mme Alfred réalise également des pièces radiophoniques (écriture, enregistrement, mise en musique, montage, montage, marketing) en plus de sa paperasse quotidienne. 

 

Disponible en livre audio à partir du 20 juillet

Texte, mise en scène, son et technologie : Bettie I Alfred
Longueur: 35: 20 min
Conférencier: Bettie I. Alfred, Christoph Theussl
Composition de la boîte à musique au début et à la fin : Bettie I Alfred
Dates de diffusion passées : 12 novembre 2018, MDR Kultur
                                              21 juillet 2021, WDR3

19,80  TVA incluse, sans frais de port

Cette pièce radiophonique parle d'un homme et d'une femme. Un couple peut-être ? Vous ne savez pas exactement. Ils se parlent et pourtant ils ne se parlent pas. Ils parlent les uns contre les autres et se croisent. Que voulez-vous l'un de l'autre ? Elles sont ensemble seul. Rien de tout à fait, car il y a aussi un chien. Dans l'éventualité d'une éventuelle séparation, la question se pose : qui a le plus besoin de lui ? Qui peut s'occuper de lui ? qui l'aime plus
La maison dans laquelle vous êtes assis tremble, elle se tient dans le bruit. Un monde diffus flotte autour d'elle. Quelque chose explose parfois. L'humeur change. Tout varie. en permanence. Il y a des moments de paix et de grande crise. Ensemble seul et chacun pour soi, on est monotrope dans l'ici et maintenant.
Les années passent, tout et rien ne se passe. Vous vous attendez l'un l'autre. Le chien alors mort, un meurtre ? ... et encore rien.

Bine et Frankie se croisent dans un cycle sans fin. D'abord avec un chien, puis sans enfant. La maison est branlante, elle se tient dans le bruit. Un monde diffus flotte autour d'elle. Quelque chose explose parfois. Tout varie. Les années passent, tout arrive, une nouvelle épouse, le chien meurt, un meurtre. Et pourtant rien ne se passe. Une folie au meilleur sens de Bekett, dans laquelle plus rien ne tourne vraiment. Ce qui reste, c'est la contradiction, l'agacement, l'effrayant comique et la séduisante confusion.

J'ai écrit le dialogue il y a de nombreuses années dans une situation de crise. J'ai dû traiter mon enfance et l'histoire de mes parents qui se sont séparés quand j'avais deux ans. En même temps, je m'intéressais aussi aux « états d'ensemble seuls » des gens. Et la proximité avec un animal plutôt qu'avec un humain. Et les refuges. Une maison a été construite, qui, cependant, avait des fissures partout et ne pouvait donc jamais laisser l'extérieur à l'extérieur. Quelque chose dans la pièce vibre puis se fige à nouveau. Comme nous les humains. Ça monte et ça descend. Tout le temps. Vous regardez dans le passé et dans le futur et vous ne réalisez pas ce que signifie réellement être ensemble.

Bettie I Alfred

© Fundstück, Bettie I. Alfred

La vie est une fête. Un drame audio de Bettie I. Alfred. Brève introduction à Bettie I. Alfred

Un court récit de Bettie I. Alfred sur: "La vie - un festival"

 Extrait audio de : Life – A Festival

Du journal de Leipzig :
« Y a-t-il des choses significatives ? Ou tout ce que vous faites est-il de toute façon dépourvu de sens ? » Et la personne en quête de sens se dirige-t-elle inévitablement vers la catastrophe du non-sens ? Le jury a choisi dimanche soir son drame existentialiste "Life - a Festival" comme la "Meilleure pièce radiophonique longue". Une réflexion merveilleusement déprimante sur l'uniformité de la vie à l'aide de l'exemple d'un couple avec un chien. Les années passent dans la pièce de fiction d'Alfred, et les amants Bine et Frenky le remarquent à peine.

Extrait de la déclaration du jury de la pièce radiophonique Summer Leipzig :
Da Life – A Celebration of Bettie I. Alfred est une pièce radiophonique capable de vous entraîner dès le premier instant dans le cosmos de sa propre histoire, le cabinet de curiosités de la relation entre l'homme et la femme. Un couple qui est allé chez les chiens.

Un événement d'écoute conçu artistiquement à tous les niveaux.
Kai Grehn, créateur de pièces radio

Meilleure longue pièce radiophonique – Radio Play Summer, Leipzig  2018